Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Amsterdam blues.

Amsterdam blues.

Que faire quand on ne fait rien ? On bade, on rêvasse, on regarde vaguement autour de soi. On se laisse flotter. On observe, on tente de trouver un fil. De la chose à la cause. Soudain, un éclair. La chose surgit. Quoi de plus banal qu'une selle direz-vous?...

Lire la suite

Des murs et des ponts..

Des murs et des ponts..

Lu quelque part que les hommes sont plus prompts à construire des murs que des ponts. Pour séparer. Est-ce pour cela qu'elle est venue à Amsterdam aujourd'hui ? Pour vérifier. Ici, les ponts, c'est un peu une spécialité. Plus de deux cent cinquante. Courbes,...

Lire la suite

Ici, maintenant.

Ici, maintenant.

Ou es-tu ? Tu es là. Comment sais-tu que j'y suis ? Moi même je ne sais pas très bien où je demeure. Tu me trouves là aujourd'hui, semble-t-il juste sous ce point rouge. Ces doigts vernis, vieillis donnent ta position floue, mais pas ta direction. Tu...

Lire la suite

La muse s'amuse. Ça m'use...

La muse s'amuse. Ça m'use...

Un jour, tu te réveilles. Elle n'est plus là. Partie ? Enfuie ? Disparue ? Où ? Tu n'en sais rien. Elle était pourtant partout, par ici, par là, toquait le jour, la nuit à ta fenêtre, inspirait tes choix, te donnait une énergie folle, l'envie, la vie......

Lire la suite

Pourquoi tant de N.

Pourquoi tant de N.

Il parait que c'est la saint Valentin... On s'en fout un peu non ? Trop d'amour tue l'amour; un peu beaucoup. Heureusement il y a les murs. Pour se cogner la tête. Les murs ont des oreilles. Les murs ont donc aussi la parole... Comme toute parole, la...

Lire la suite

Histoires d'eau... Mido... mi-Lip.

Histoires d'eau... Mido... mi-Lip.

Mido...mi-Lip. "Si un homme n'est pas fait de mémoire, il n'est fait de rien." Philip Roth écrit ceci en exergue de Patrimoine. Comment ne pas souscrire à une telle affirmation ? Seulement voici que cela te questionne. Tes souvenirs sont d'incroyables...

Lire la suite

Pudeur matinale

Pudeur matinale

Alors que tu attends l'arrivée du printemps, l'hiver tire ses derniers boulets. une brise légère, pudique, moralisatrice, se charge de voiler l'improbable sexe d'un impassible piéton.

Lire la suite