Lisbonne, ville soir

Publié le par jissey moro

lisbonne canon 276

               

             Attendre la nuit au bord du Tage comme on attend une amie. Se distraire du silence de cette évasion liquide qui laisse toute sa place au soleil. Suivre les lignes qui fuient, ondulent, se confondent finalement. Fado, cette nostalgie de la nostalgie dont le présent se confond avec le passé de ses épopées coloniales et nous entraine vers des mirages africains, brésiliens, cap-verdiens. Chacun tire des lignes à sa façon. Pêcheurs en eau tiède, toujours solitaire face au bouchon de hasard qui choisira son héros entre deux gorgées de porto. Silence.

 

lisbonne17

 

lisbonne 2012 trois5

 

lisbonne26

 

lisbonne30

 

lisbonne canon 225

 

Commenter cet article